10/01/2008

LES Nimby et les Nin Biès

Nous ne souhaitons pas nous opposer à ce projet uniquement parce que nous pensons que ces éoliennes seront trop proches de nos habitations (Nimby . not in my backyard càd pas dans mon jardin) mais l'étude d'incidences semble bien indiquer que le site ne convient pas à l'implantation de ces 5 éoliennes.

Cependant, sans réaction de la part des riverains le permis pourrait être accordé.
LES ELEMENTS DE L'ETUDE D’INCIDENCES QUI NOUS PREOCUPENT
  • La carte 8b illustrant les zones de garde par rapport aux habitations (350m) et aux zones naturelles et forestières du plan de secteur (200m) montre très clairement que le site ne convient pas à l'implantation de ces éoliennes.
  • La zone d'habitats sur les Sarts est à moins de 500m.
  • Le recensement des habitations isolées en dehors des zones d'habitats réalisé dans le cadre de l'étude est incorrect. (voir carte nr 3)
Seules 11 habitations sont recensées dans un rayon de 600m, alors que nous en comptons 38 !
Vous serez beaucoup plus nombreux encore à être directement concernés par les nuisances sonores et stroboscopiques perceptibles dans un rayon de 800m. (à Perwez, à Saint Mort, aux Hautes et Basses Golettes, sur les Sarts, au bois des loges, à Morogne, aux Arches, aux Arches royales, à Bohisseau, etc.), et un grand nombre de personnes ne sont toujours pas au courant.
Pour plusieurs habitations, les distances minimales de 350 m préconisées par le cadre de références ne sont pas respectées. Des habitations sont situées à moins de 300 m !
La maison de repos et de convalescence Kengil, à moins de 400m n'est pas mentionnée dans l'étude.
En France la distance à respecter des habitations est de 1500 m !
  • Nous avons la chance d'avoir un environnement particulièrement calme le jour, et merveilleusement silencieux la nuit (moins de 30 dB.A). Allons nous perdre ce privilège ?
(voir carte nr 4b - niveau sonore permanent de 45 dB.A pour des vents de +- 25km/h)
Nous voulons continuer à pouvoir dormir la fenêtre ouverte.
  • Les mâts des éoliennes seront à environ 50 m en bordure de route. (voir carte nr2) Le périmètre de sécurité préconisé n'est dès lors pas respecté. Nous craignons des risques de surplomb, et des risques associés à la projection de glace en hiver.
  • Aucune campagne de mesure de vent n'a été réalisée sur le site pour estimer de manière rigoureuse la production électrique. L'étude d'incidences recommande d'ailleurs qu'une telle étude de vent soit réalisée afin de montrer que le rendement de chaque éolienne soit acceptable et justifie les sacrifices. Cette étude aurait du être réalisée bien avant l'introduction du permis d'implantation et d'exploitation.
  • L'électricité sera injectée dans le réseau de distribution au niveau du poste de raccordement de Seilles ce qui nécessite 9.500m de tranchées pour enterrer les câbles.
L'étude reconnaît qu'une distance de 5km est souvent considérée comme distance maximale.
  • Les photos montages pour des situations particulièrement critiques manquent à l'étude et certaines sont erronées. 
  • L'étude reconnaît que la présence du parc constitue une perte pour le milieu naturel du bois de Perwez également référencé pour son intérêt paysagé. Il s'en suivra une désertion de nombreux rapaces diurnes et nocturnes, chauve-souris, vanneaux, alouettes...
  • De nombreux bâtiments régulièrement cités et illustrés pour la valeur de notre patrimoine ne sont pas recensés dans l'étude et subiront cependant des nuisances paysagères importantes. La Chapelle St Mort sera à 650 m du site!

Nous vous invitons à consulter l'étude d'incidences et les cartes s'y rapportant, et à réagir pendant l'enquête publique.

09:17 Écrit par Sylvie Lhoas dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

Eoliennes à Ohey et Andenne… Carton rouge ! Le projet d’implantation d’éoliennes entre Gesves et Ohey est maintenant plus que probablement abandonné. Le ministre André Antoine a en effet confirmé le refus du permis unique sollicité par le promoteur. Certains habitants de ces villages se sont opposés au projet, d’autres ont manifesté activement leur intérêt pour cette opportunité de produire dans nos campagnes une énergie nouvelle, propre et durable. Je fais partie de ces derniers…

C’est donc avec beaucoup d’intérêt et d’espoir que je suis allé écouter ce mercredi soir un promoteur présenter son nouveau projet : ériger cinq éoliennes sur les communes de Andenne et Ohey.
Quelle désillusion... !
Le projet présente une telle quantité de défauts majeurs qu’il n’est tout simplement pas possible de le cautionner par l’intérêt environnemental des éoliennes !

Tout d’abord, plusieurs habitations se retrouveront bien trop près de certaines éoliennes. Moins de 300 m ! Cette situation ne correspond pas du tout aux règles en vigueur… Les promoteurs soucieux de la qualité de l’environnement plantent actuellement leurs éoliennes à plus de 500 m des habitations…
A environ 400 m se situe même une maison de repos. Malgré la présence permanente d’une trentaine de pensionnaires, l’étude d’incidences ne s’en préoccupe pas. C’est vrai qu’elle n’est considérée que comme une « habitation isolée » !
Une bonne partie des éoliennes seront implantées à une cinquantaine de mètres seulement de la bordure du Bois de Perwez, qui constitue une zone d’intérêt biologique évident !
Enfin, l'électricité sera injectée dans le réseau de distribution au niveau du poste de raccordement de Seilles ce qui nécessite 9.500 m de tranchées pour enterrer les câbles. Tranchées qui traverseront Andenne de part en part. Un passage sous la Meuse par « fonçage » est même au menu !
Complètement surréaliste …

Bref, je suis désolé… Désolé pour l’environnement. Désolé pour ces éoliennes que j’apprécie et que j’aurais tant voulu voir autour de chez moi. Désolé que les autorités communales aient choisi de privilégier ce projet farfelu par rapport à celui qui a été abandonné.
Il y a des limites à ne pas dépasser. La crédibilité et l’efficacité de l’engagement écologique sont à ce prix !
L’enquête publique est en cours. La parole est donc à la population !

Brunin Guy
Gesves

Écrit par : Brunin Guy | 17/01/2008

on nous prend pour des cruches Ce n'est pas tellement le principe qui me hérisse, mais bien la manière de nous présenter les choses. On voudrait nous faire avaler n'importe quoi.
Quand on étudie un projet, normalement, on met en balance les avantages et les inconvénients. Les inconvénients sont bien connus, mais quelles seraient les avantages? Pour les propriétaires des terrains, il y a probablement une compensation financière, mais pour les autres habitants??? Paieront-ils l'électricité moins cher? Vont-ils pouvoir rouler sur des routes en bon état? Paieront-ils moins d'impôts parce que la commune retirera des avantages financiers de l'installation d'éoliennes?


Écrit par : M.R. Coutisse | 19/01/2008

Bridage et biotope... J'ai relu l'intégralité de l'EI et je persiste dans mon avis sur le projet.
C'est typiquement le genre de projet qui va porter préjudice à bien d'autres projets éoliens beaucoup plus pertinents.

De nombreuses habitations sont trop proches des éoliennes et donc outre les incidences visuelles qui ont poussé de nombreux promoteurs à respecter une distance d'environ 500m par rapport aux habitations les plus proches, les niveaux sonores prévisibles sont trop importants... sauf si on utilise un bridage très sévère des éoliennes 2, 3 et 4..!
Quelle est alors l'intérêt de placer les éoliennes sur ce site?
Quelle est la diminution du rendement du parc avec ce bridage (pas de réponse dans l'EI qui se base sur l'hypothèse que ce bridage n'est pas opérationnel et que les éoliennes fonctionnent à leur puissance nominale maximale de 2.5MW) ?
C'est typiquement le style de parc pour lequel les riverains se plaindront (sans doute avec raison) de bruits trop importants lors de l'exploitation, lorsque le promoteur sera maître de la gestion du bridage...

De plus, la distance de 200m entre les éoliennes et les zones boisées préconnisée par la DNF n'est pas respectée pour ces mêmes 3 éoliennes. Cette situation est particulièrement préjudiciable au biotope local (faune très riche, notamment en rapaces) car, comme l'EI le précise, il n'y a pas de zone boisée de substitution à moins de 1500m.

Cela pourrait à la limite être toréré s'il n'y avait pas d'autres raisons de douter de la pertinence du projet et si, comme il l'est suggéré, le promoteur effectue des actions de compensations (reboisement, ...).
Mais içi, il me semble que cela ressemble plus à une caricature de projet éolien qu'autre chose.

Guy Brunin

Écrit par : Brunin Guy | 23/01/2008

Les commentaires sont fermés.